Accompagnement des PME : L’apport des Centres de gestion agréés

Du 11 au 13 août 2020, Achille Basilekin III, ministre des Petites et moyennes entreprises, de l’économie sociale et de l’artisanat (Minpmeesa) était en visite de travail à Ebolowa.

Pendant trois jours, Achille Bassilekin III, a organisé la 5ème édition des caravanes de sensibilisation sur les Centres de gestionagréés (CGA) dans la ville d’Ebolowa, régionduSud. L’objectif du gouvernement est qu’environ 2 000 PME soient sensibilisées sur les effets bénéfiques liés à leur adhésion aux CGA. Par ailleurs, inciter les PME à adhérer massivement aux CGA, mais aussi de favoriser la migration des acteurs du secteur informel vers le secteur formel.

C’est depuis 2006, que le Minpmeesa mène des actions de mobilisation et de sensibilisation sur toute l’étendue du territoire afin de susciter l’adhésion des PME aux CGA et augmenter le nombre de celles qui bénéficient des services de ceux-ci. Pour cette 5ème édition, le gouvernement a mis l’accent sur l’amélioration de la compétitivité des entreprises et le renforcement de leur résilience, face aux effets de la crise sanitaire liés à la pandémie de Covid-19. Il est aussi question pour le gouvernement de rendre ces structures aptes à capitaliser les opportunités offertes par la levée des barrières tarifaires inhérente à l’entrée en vigueur de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf).

Dispositions légales

Institués par la loi de finances pour l'exercice 1996/1997, les Centres de Gestion agréés (CGA) ont été organisés par le décret n° 2000/002/PM du 06 janvier 2000, modifié par le décret n°2007/0456/PM du 29 mars 2007 et récemment par le décret n° 2011/1137/PM du 12 mai 2011, tous fixant les avantages fiscaux accordés aux adhérents desdits centres. Les modalités d'application du décret susvisé ont été fixées par l'arrêté n°079/PM du 29 mars 2007.

CGA est une association agréée par le ministère des Finances, dont le but est d’apporter une assistance en matière de gestion, d’encadrement et d’exécution des obligations de gestion. Leurs rôle est aussi d’encadrer et d’exécuter les obligations fiscales et comptables aux petites entreprises adhérentes qui réalisent un chiffres d’affaire annuel compris entre 0 et 100 millions FCFA. Pour toutes les entreprises qui adhèrent au CGA, il est prévu un abattement de 50% du bénéfice déclaré, une dispense de contrôles fiscaux sur place pour la période non prescrite.

Les entreprises ont pour obligation de fournir au CGA tous les éléments nécessaires à l’établissement d’une comptabilité sincère et les entreprises doivent faire valider leur comptabilité par le CGA. Le paiement des droits d’adhésion des entreprises est compris entre 25 000, 50 000 FCFA au CGA. Les CGA accueillent toute personne physique ou morale réalisant ou démarrant une activité génératrice de revenus.

Depuis les quatre premières éditions, le Cameroun est parti de 03  CGA en 2010, à 14 en 2019 et une adhésion de 3 000 entreprises par an. Au terme de cette 5ème édition, l’objectif du gouvernement est qu’environ 2 000 PME soient sensibilisées sur les effets bénéfiques liés à leur adhésion aux CGA.

Réaction du ministre

Achille Bassilekin III

Pourquoi sensibiliser les promoteurs de PME sur l’opportunité d’adhérer aux CGA ?

Cette initiative de mobiliser au moins une fois les promoteurs des Centres de gestion c’est pour juste expliqué au grand public et surtout aux potentiels bénéficiaires les avantages liés à leur adhésion aux Centres de gestion agrées autour des bénéfices fiscaux mais surtout les mécanismes à travers lesquels il leur est possible de pouvoir mieux concourir au développement de l’activité économique national.

Je pense qu’en la matière, au regard du contexte de cette année qui est marqué  par la crise du Covid-19 et donc le ralentissement de l’activité économique, on ira au-delà pour expliquer les mesures qui ont été prises par le gouvernement le 30 avril dernier, en faveur des petites et moyennes entreprises pour que celles-ci développent leurs résilience face à la crise, mais surtout qu’elles soient à mesure de mieux tirer parti de l’opportunité aujourd’hui sur le plan aussi bien fiscal qu’économique et toutes les mesures incitatives qui ont été mise en œuvre par le gouvernement pour leur permettre de continuer leur activité économique en toute sérénité.

PME Croissances Magazine

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire